The Ultimate Dive – Historique

JOUR 1

56.2 mètres.  Le lendemain de son arrivée, Patrick commence l’entrainement : la gueuze en deux pièces fonctionne bien.

Graphique Plongée du 6 juin 2005

JOUR 2

58.2 mètres. Comme d’habitude, Patrick prend 2 jours pour adapter sa physiologie à la pression de l’eau, étape par étape il va augmenter le poids sur la gueuze pour finalement atteindre la vitesse de descente de 2m/s

Graphique Plongée du 7 juin 2005

JOUR 3 - Day off / Jour 4

81 mètres. Après les 2 jours d’adaptation à l’eau, Patrick va maintenant entrer progressivement dans le bleu des Abysses.

Graphique Plongée du 9 juin 2005

JOUR 5

100,6 mètres. En 4 jours, Patrick a atteint la moitié de la profondeur ciblée. Pour profiter pleinement de l’ascension, il a libéré la ligne de sécurité à 30 mètres et a mis une amende pour remonter à la surface.

Graphique Plongée du 10 juin 2005

JOUR 6 : OFF / Jour 7

121,5 mètres ! Patrick a attaché un de ses D9 spéciaux à sa cheville. Sa technique de compensation lui permet de descendre rapidement sans stresser sa cage thoracique. Plus que 78,5 mètres…

Graphique Plongée du 12 juin 2005

JOUR 8

136.5 mètres ! Aujourd’hui, c’est l’anniversaire d’Eduard et Patrick a voulu lui dédier cette plongée. En faisant surface avec un poing de victoire pointé vers le ciel, les premiers mots de Patrick ont été « HAPPY BIRTHDAY » …. encore 63,5 m avant la cible !

Graphique Plongée du 14 juin 2005

JOUR 9 - OFF / Jour 10

151,2 mètres ! Patrick est un extraterrestre ! !!! L’équipe ne comprend pas, qui le comprendrait ? Comment son organisme peut-il prendre une progression aussi énorme sans aucun effet secondaire ?

En remontant à la surface avec son poing de la victoire, Patrick n’a même pas pris une respiration ou deux pour récupérer et ses premiers mots à son équipe d’apnée, composée d’Isabelle et d’Eduard, ont été : « il n’y a qu’un seul homme qui puisse faire ça… souvenez-vous de ce jour !

A ce stade, vous vous demandez probablement pourquoi une telle déclaration ? Et bien regardez le profil de la plongée et voici son explication.

 

Graphique Plongée du 16 juin 2005

Après sa dernière respiration profonde, alors que Patrick ouvrait la brèche, une vague inattendue l’a pris par surprise et une de ses jambes a glissé hors de son support, alors que la vitesse de descente augmentait. Patrick a réussi à se repositionner facilement MAIS il avait perdu un temps crucial pour bien égaliser ses oreilles. 

A 28m, il décida d’arrêter la luge et de prendre le temps d’égaliser…. et à la surprise générale… il ouvrit à nouveau la brèche et disparut bientôt dans le Bleu… Patrick a le mental d’un boxeur qui saute sur le ring, prêt à se battre ! Mais cette journée a été aussi une journée TRES intéressante pour le monde de l’apnée. Plusieurs médecins étaient présents ce jour-là sur le bateau avec une échocardiographie avec détecteur de bulles Doppler ! 

C’est la première fois dans l’histoire que de tels tests sont effectués sur un plongeur en apnée profonde pour détecter combien de bulles silencieuses se produisent pendant et après la plongée, en condition réelle d’entraînement (à une profondeur aussi record). Jusqu’à présent, les plongeurs profonds respirent de l’oxygène pur afin de récupérer plus rapidement et/ou d’assurer une sécurité en termes d’accidents de décompression. Eh bien, sans entrer dans les détails, laissez-moi vous dire qu’après ces mesures, Patrick ne respire plus d’O2 après ses plongées ! Bien sûr, aucune conclusion ne peut être tirée car cela nécessiterait des mesures sur une population plus importante de plongeurs vraiment profonds soumis au même stress, etc. Ces tests ont été réalisés par le Dr Wael Elmallah, professeur de cardiologie à l’université d’Ain Shams, et le Dr Hossam M. Nasef, directeur général de la société internationale Deco (Diving Emergency).

JOUR 11 et 12 OFF / Jour 13

170.1 m ! Alors résumons. En septembre 2004, Patrick n’a passé que 8 jours en Égypte – il a plongé 5 fois.

En mai 2005, il y a passé 9 jours – 4 fois en plongée – et sans aucun autre entraînement dans l’eau (même pas en piscine), il est maintenant à 2 semaines et 8 plongées à 170 m !  Il reste 29,9 m à parcourir… 

L’entraînement s’est déroulé parfaitement mais, à notre surprise, l’ordinateur de plongée fixé sur la cheville de Patrick s’est bloqué et a refusé d’afficher les résultats de cette plongée. Heureusement, Patrick en portait un au poignet. Maintenant, nous ne pouvons qu’espérer et prier pour que le seul qui reste puisse supporter les plongées d’entraînement suivantes… L’équipe de plongeurs techniques est composée d’Hisham Ayyad TDI, instructeur trimix/instructeur de plongée à autonomie étendue et Hassan Abd Elaziz, plongeur trimix avancé/instructeur de plongée à autonomie étendue TDI. Bien entendu, M. Alaa Eldin fait plus que jamais partie de l’équipe de plongeurs profonds, coordonne et supervise la logistique.

 

Graphique Plongée du 19 juin 2005

JOUR 14 et 15 OFF / Jour 16

185.5 m ! Patrick est sorti tout frais avec un poing de victoire et a embrassé son équipe comme d’habitude. Après avoir attendu la sortie du dernier plongeur technique, Patrick a décrit à quel point son cerveau était frais en bas – incroyable pour des experts qui s’attendaient à ce qu’il souffre d’une narcose sévère.

 » J’ai ouvert les yeux et tout était bleu foncé, jusqu’à ce que je puisse voir le crochet de largage – Patrick ne porte ni masque, ni lentille, ni lunettes – mais pas cette fois-ci, alors j’ai simplement reproduit le mouvement que je fais à la surface, qui consiste à glisser ma main le long du cadre principal….et je l’ai trouvé « .

Au total, cela lui a pris 6-7 secondes au lieu de 4. « Comme prévu, ma préparation à la salle de sport à Bruxelles a préparé mon système nerveux à rester vif même sous une telle pression« .

Hum… à ce stade, désolé Patrick mais tu peux essayer de me dire ce que tu veux, mais selon moi, comme dans la célèbre trilogie… TU ES LE MEILLEUR ! Le monde est maintenant obligé de choisir entre la pilule bleue ou la pilule rouge !  Encore 14,5m à parcourir…

A bord, Jessica de l’équipe de recherche et sauvetage a demandé à Patrick ce qu’il ressentait en tant que plongeur en apnée le plus profond du monde.

Graphique Plongée du 22 juin 2005

Sa réaction a été claire : ça me laisse froid ! Mais vous devriez visiter le net et demander à tous les soi-disant experts et physiologistes qui m’ont insulté et critiqué ses dernières années. Ils sont tous venus avec leur propre théorie reproduisant une fois de plus l’histoire en disant qu’une telle progression était impossible. 

99% du monde s’est trompé, c’est MA victoire ! Ma trachée et mes poumons sont toujours intacts et ne sont pas blessés comme ils le prétendaient tous. Pour eux, mon concept de formation est nouveau, mais pas pour moi, ni pour ma chère bien-aimée. 

Dans le passé, personne ne m’a jamais demandé jusqu’où je pouvais aller dans les autres catégories et pourquoi je n’avais pas étét plus profond, ils s’en tenaient tous aux faits et aux chiffres. Je ne fais pas cela pour prouver que je suis le plus profond, mais je suis tellement heureux de montrer au monde comment le petit garçon de Kinshasa qui a grandi loin de la mer, est arrivé dans leur monde de plongée comme un champion de boxe et a défendu ses convictions pour réussir enfin à défier leurs experts et toutes leurs théories scientifiques. Peut-être que maintenant ils comprendront qu’il n’est pas nécessaire de venir avec des pages de données physiologiques pour comprendre la plongée en apnée.  Juste plonger !

Ce matin, M. Amir F. Wasef, le distributeur égyptien de Suunto, attendait Patrick au centre de plongée. Patrick a été heureux de voir que la société a réagi immédiatement au problème temporaire survenu lors de la dernière plongée. M. Amir lui a donné un ordinateur de secours. Ce stock D9 a parfaitement fonctionné et a enregistré la plongée. Un nouvel ordinateur spécial sera envoyé à Hurghada depuis l’Europe car la prochaine plongée pourrait être LA plongée – seul Patrick connaît la réponse à cette question ! Patrick prendra un jour de congé supplémentaire pour tester l’impact du nouveau boîtier de la caméra sur la vitesse de descente.

JOUR 17 et 18 OFF / Jour 19

200.3 m ! Marquez cette date, le 26 juin 2005. En 10 plongées, Patrick vient d’écrire une nouvelle page dans l’histoire de la plongée. Incroyable ! Il est arrivé aussi frais que pour une plongée de 100 mètres. Son poing de la victoire pointait haut dans le ciel en faisant surface. Pas une seule trace de fatigue. 3min 25 sec pour marquer l’histoire et il n’a toujours pas de problème pour compenser à cette profondeur et est encore loin de ses limites apparemment.

Il a décrit sa plongée comme un billet de retour au paradis. La plongée a été suivie en direct par l’équipe de tournage de la télévision française France 3 – Thalassa.

Graphique Plongée du 26 juin 2005

Aujourd’hui, mon équipe et moi avons réussi une plongée historique de 200 mètres. Ensemble, nous avons démontré au monde entier qu’il n’y a pas de limite à la plasticité du corps humain en termes d’adaptation lorsqu’il est soumis à un environnement extrême.

Les vraies barrières sont dans notre esprit, nous sommes nos pires ennemis en termes de réalisations futures. Nous avons tendance à rejeter les idées et les concepts que nous ne comprenons pas.

En fait, l’ignorance est le pire ennemi de l’homme. L’ignorance conduit au déni et à la peur et, comme cela a été démontré au cours des siècles, cette peur de l’inconnu génère des conflits mentaux qui, à terme, conduisent à des conflits physiques et à des guerres. Malheureusement, c’est dans nos gènes de réagir ainsi. Cependant, l’histoire est pleine de gens qui ont défendu ce qu’ils croyaient être juste, même s’ils ont dû sacrifier leur vie pour cela.

Je suis convaincu que ces gens ne s’attendaient pas à ce que le monde les comprenne tout de suite, car je ne m’attendais pas à ce que vous compreniez pourquoi j’ai dû faire cette plongée. Seuls mes parents très proches savent que je suis né pour un but et avec un don. J’ai développé ce don depuis l’âge de douze ans, et comme pour les autres sports que j’ai pratiqués, il s’est également manifesté et s’est exprimé dans mes activités de retenue du souffle.

Je voudrais dédier l’esprit de cette plongée ultime à mes racines, l’Afrique. J’espère que mon histoire touchera un jour un petit garçon ou une petite fille dans le besoin. Là-bas, il y a des milliers de victimes de notre ignorance et de notre égoïsme. Puissent mes réalisations et ma détermination les inspirer et leur donner la force de se relever. Puissent-ils aussi croire, que même au plus profond de leur misère… RIEN N’EST IMPOSSIBLE !

A la communauté des plongeurs en apnée :

Il y a trois ans, j’ai décidé de quitter la scène de l’apnée parce que je me suis rendu compte que l’attitude de certaines personnes et les jeux politiques clandestins étaient contre tout ce en quoi je croyais et ne valaient pas la peine qu’on se batte pour eux. Vu sous un angle différent, notre approche du sport va finir par se détruire. Il existe des milliers de jeunes plongeurs qui attendent de recevoir une éducation adéquate pour pouvoir profiter et découvrir le plaisir de plonger sans appareil respiratoire. Aucun d’entre eux ne se soucie de notre combat politique concernant les fédérations et les compétitions. En dix ans, nous avons réussi à avoir 4, presque 5 organismes gouvernementaux différents qui se battent tous dans des directions différentes.

Une équipe vient d’accomplir ce que 99 % du monde (scientifiques, plongeurs, apnéistes, experts…) a conçu comme impossible. Je travaille sur cette nouvelle technique de compensation depuis plus d’un an.

Des experts et d’autres personnes ont lu mon commentaire à ce sujet, mais aucun ne l’a encore compris et a donc considéré cette plongée et cette progression comme impossibles et l’a critiquée.

Certains avaient prédit que ma trachée s’effondrerait à 185m.

Certaines déclarations comme « J’ai bien peur que Patrick ne comprenne rien à l’apnée… » sont apparues sur le net tandis que d’autres commentaires condamnaient mes partenaires pour m’avoir soutenu.

Ce projet n’était basé sur aucun de nos concepts traditionnels, une lutte pour un titre sur une liste au sein de la fédération « X », « Y » ou « Z ». Je me suis concentré sur ce qui compte le plus pour le public… et pour moi : la capacité extraordinaire de l’homme à s’adapter à un environnement extrême et au défi scientifique. Comme Bruce Lee, un des hommes les plus talentueux dans les arts martiaux disait : « Les ceintures sont faites pour réparer votre pantalon, rien de plus… » Tout comme nos titres. Ma porte restera toujours ouverte pour ceux d’entre vous qui sont prêts à découvrir différentes approches et qui viennent me voir avec l’esprit ouvert.

Les athlètes essaient de courir plus vite, de sauter plus haut, de mieux se battre, et cherchent l’aide nécessaire pour y parvenir. Je n’expliquerai pas combien de jours et de nuits ma famille m’a vu étudier des cartes anatomiques pendant des années, étudier le corps humain, et par des essais et des erreurs, trouver enfin LA solution.

Ma technique de compensation m’a permis d’atteindre la profondeur, MAIS elle ne m’a certainement pas permis d’en revenir indemne. Ce n’est qu’une pièce d’un programme complexe, qui a préparé mon corps et mon système nerveux à supporter la plongée et à s’adapter à une progression aussi rapide ! Si vous ignorez ce fait, j’ai bien peur que le monde de l’apnée ne subisse d’autres pertes dans un avenir proche. À ces profondeurs, il arrive quelque chose de très étrange pour l’organisme humain, gardez cela à l’esprit.

J’ai trouvé la paix là-bas et je me sens béni pour ce que j’ai pu vivre au fond de moi. J’espère qu’un jour quelqu’un
aura le plaisir de vivre ce que j’ai vécu là-bas. Mais il n’aura certainement pas le plaisir de ressentir ce que j’ai ressenti, alors que comme d’autres pionniers, j’ai défié le scepticisme du monde. N’ACCEPTEZ AUCUNE LIMITE !

Je ne saurais terminer cette lettre sans remercier tous les plongeurs et non plongeurs qui m’ont apporté leur soutien chaleureux au cours de l’année écoulée. Cette plongée ultime est le résultat de 6 années de recherche, d’entraînement, de larmes mais aussi de joie. Tant de personnes et de partenaires m’ont aidé au fil des ans. Je me suis fait des amis en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Martinique, à Bonaire, aux États-Unis, au Canada, en République dominicaine, aux îles Turks et Caicos, au Belize, au Mexique et en Égypte. De retour en Belgique, il me faudra un certain temps avant de pouvoir parcourir ma liste et envoyer une lettre personnelle à tous ceux qui ont cru en moi et ont participé, dans le présent et dans le passé, au succès de cette plongée. Par avance, je m’excuse pour ceux que je ne pourrai pas contacter.


Pour toujours dans mon cœur.

Patrick Musimu

JOUR 21-22-23 OFF / Jour 24

209,6 mètres ! Après 3 min 28 s, Patrick a refait surface comme d’habitude et a félicité son équipage. A bord, il a reçu un accueil chaleureux de la part de tout l’équipage et de l’équipe de Thalassa.

Mais 20 minutes plus tard, il a commencé à se sentir très fatigué. Par précaution, il a été transporté à l’hôpital.

Le diagnostic du Dr Hossam Nassef était le suivant : réaction courante à une déshydratation sévère. Les symptômes ne correspondent à aucun incident de plongée. En fait, sans le savoir, à cause d’une infection bactérienne intestinale, Patrick a perdu 8,5 kg depuis son arrivée en Égypte ! Même s’ils ne pensent pas que cela soit nécessaire, et pour jouer la sécurité, le Dr Hossam a décidé de le traiter également en chambre hyperbare.

Un autre diagnostic de l’ostéopathe personnel de Patrick, arrivé le jour même, était qu’en raison de cette grave infection et de ces contraintes, la situation de Patrick pouvait être comparée à celle des astronautes qui, après un long séjour en altitude, doivent être progressivement réadaptés à notre monde. Il a examiné Patrick et a trouvé les signes exacts qui confirmeraient son diagnostic. Patrick ressent actuellement une grande fatigue et est obligé de boire beaucoup de liquides spéciaux pour se réhydrater et de suivre un traitement ostéopathique.

Aucune autre plongée ne sera prévue tant que Patrick ne prendra pas de poids.

Graphique Plongée du 30 juin 2005

JOUR 25

Les équipes de télévision ont interviewé Patrick.

JOUR 26

La conférence de presse officielle s’est tenue dans la splendide salle de conférence de la station Sunrise Garden, honorée par la présence du gouverneur général Saad Abu Rida, du ministre du tourisme et de nombreux autres officiels égyptiens. Ce fut un rassemblement mpressionnant de la presse qui est venue du monde entier, Qatar, Arabie Saoudite, Egypte, Russie, Pologne, France, Belgique, Allemagne …

Le gouverneur de la mer Rouge a ouvert la cérémonie. Au cours de la conférence, M. J. Clymer, directeur commercial européen de Suunto a présenté et a expliqué sur écran géant les profils de plongée de la plongée enregistrée le 30 juin. Cette présentation a été suivie par les vidéos de la plongée de 209,6 m. Après avoir visionné les vidéos de l’organisation, de la télévision française et enfin la vidéo de la caméra fixée sur la gueuze, Patrick et son équipe ont reçu une ovation. La vision de la caméra non montée sur le traîneau était à couper le souffle, la chute de Patrick dans l’abîme semblait durer une éternité et il est difficile d’imaginer qu’une telle plongée ait été réalisée. 

Patrick a ajouté une nouvelle dimension à la plongée en apnée. Il suffit de faire le calcul et de réaliser que Patrick aurait pu être le détenteur du record du monde pendant les 39 années suivantes s’il avait suivi la politique du mètre, qui consiste en général à battre votre record d’un mètre chaque année.

Le reste de la conférence a été consacré à répondre aux nombreuses questions.

Patrick a reçu une plaque d’honneur en reconnaissance de l’appréciation de l’orat de la Mer Rouge et sera à jamais un invité spécial de l’Egypte.

JOUR 27

Patrick a fait une plongée de simulation avec la gueuze devant la presse et les spectateurs.

En remontant à la surface après son court voyage, Patrick a fait une blague : « Vous avez de la chance, Normalement, cela prend beaucoup plus de temps que cela« .

Cette plongée de simulation a été organisée pour permettre à VTM, la chaîne de télévision flamande, d’avoir quelques images afin de compléter leur documentaire sur le jour de la plongée ultime. Leur reportage sera diffusé en Belgique le 18 juillet 2005.

JOUR 28

La télévision nationale belge, la RTBF et Channel 2 ont interviewé Patrick.
La cérémonie de clôture s’est déroulée dans le désert. Cette cérémonie a marqué la fin du projet « The Ultimate Dive« . Il est certain que cette formidable plongée a déjà marqué l’histoire. Les  scientifiques ont déjà demandé à Patrick d’accepter de passer différents types de tests médicaux.

Les mesures d’échocardiographie effectuées pendant l’entraînement, la réaction du corps après la plongée de 209,6 m et la quantité de données de Patrick recueillies au cours de sa formation représentent un trésor d’informations pour le monde scientifique. Le Dr Hossan Nassef l’a déjà mentionné : avec tous les ces données, les experts du monde entier devront revoir leur position sur la physiologie humaine !

JOUR 29

Patrick a été interviewé par VTM, la télévision polonaise, le magazine de plongée polonais Nurkowanie, Dive Mag Russia et Octopus Russia.

JOUR 30

La télévision par satellite égyptienne a interviewé Patrick. Un reportage complet avec photos et vidéos sera mis en ligne sur ce site dès le retour de Patrick en Belgique, qui est prévue pour le 17 juillet.

error: Alert: Content is protected !!